DEUX MILLE VINGT DEUX.

Je n’ai pas écrit, pour de vrai, sur mon blog cette année. Pas le temps. Pas l’envie. Pas l’envie. Pas le temps. Je ne sais pas choisir entre le temps et l’envie.

Parc national des Ecrins, Juillet 2022

J’ai mis en sourdine tous les articles rédigés depuis de nombreuses années. Je ne sais pas quoi en faire. Remettre du vernis sur les mots de mes 25 ans. C’est trop facile, et trop superficiel. Dans le doute, je les cache.

En deux mille vingt deux, j’ai repris ma boulimie de séries tv. Et clairement, ça m’avait manqué. J’ai adoré (adoré) Normal People. Je la conseille à tout le monde, à condition d’aimer les séries lentes douces amères. C’est-à-dire, je ne la conseille pas à grand monde. Depuis, j’attends patiemment la sortie en livre de poche du roman de Sally Rooney dont s’inspire la série. J’ai commencé House of Dragons, parce que j’ai regardé Game of Thrones entre 2011 et 2019 (ie. j’ai commencé avant la hype, c’est assez peu commun pour être souligné). J’ai bien aimé The Undoing, probablement parce qu’il y a Nicole Kidman (et Hugh Grant) (rapport au fait que j’ai regardé beaucoup trop de fois des comédies romantiques britanniques). Et puis, je ne sais pas quoi penser de The Gilded Age… un sous Downton Abbey ?

En deux mille vingt deux, j’ai vu des films nuls au cinéma dont je ne me souviens même plus et j’ai vu Triangle of Sadness (Sans filtre en VF). Palme d’or 2022 de Cannes, très bien. Oh, et puis, j’ai découvert Eric Rohmer (un peu tard, je sais). Et Conte d’été est devenu mon film préféré.

En deux mille vingt deux, j’ai continué mon addiction de podcasts en coupant des carottes. Parmi mes préférés, le code a changé (France Inter), les pieds sur terre (France Culture)(et pour les marseillais : les sans P), LSD (France Culture), Entendez-vous l’éco ? (France Culture), Vivons heureux avant la fin du monde (Arte Radio) et un podcast à soi (Arte Radio) et Qui est miss paddle (Pavillon sonore).

C’est la meilleure, j’suis au bon endroit (let’s go) Que des mauvais choix mais j’suis au bon endroit.

50° / Lomepal

En deux mille vingt deux, j’ai écouté beaucoup trop Lomepal (et argh, il n’y a déjà plus de places de concert dispo pour Mars 2023 !). J’ai écouté Phoenix (forcément !) et Hot Chip (je t’ai déjà dit que je suis allée à We Love Green uniquement pour Hot Chip ?). J’ai écouté en boucle le nouvel album (réussi) de Peter Doherty. J’ai découvert (trop tard) Odezenne. Et puis, j’ai usé de la playlist de Fip Pop (hastag la trentaine). J’ai écouté le dernier album d’Arctic Monkeys – et après plusieurs écoutes, je ne sais pas quoi en penser. Je ne sais pas si je le supporte par nostalgie, ou si je l’aime vraiment. Bon et puis, à l’opposé d’Alex Turner, j’écoute Jul (en secret). Mais c’est juste pour me tenir au courant de la vie marseillaise.

En deux mille vingt deux, j’ai lu quelques romans ! J’ai commencé avec Les Bourgeois d’Alice Ferney, fresque familiale à travers le XXème siècle qui m’a rappelé Au plaisir de Dieu, le talent en moins (désolée, mais Au plaisir de dieu est l’un de mes livres préférés). J’ai peiné à finir Elena et les joueuses de Lolita Pille. Adolescente, j’avais lu Hell et Bubble Gum de cette autrice. Alors, pourquoi pas revivre le passé ? Mauvaise idée, l’histoire m’a déplut et j’ai détesté le style. Pour faire passer cette mauvaise expérience, j’ai découvert les cosy mystery avec Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen. Léger et drôle, parfait à lire sous la chaleur caniculaire de cet été (mais on ne peut décemment pas se venter de lire ce genre de romans…). Puis, j’ai découvert Daphné Du Maurier (la majuscule sur la particule est importante puisqu’il s’agit d’une autrice anglaise) avec Rebecca. Et jusqu’à présent, c’est cool, au point où je rate des stations dans le métro. Bon, pour la suite, je vais découvrir Annie Ernaux, qui était déjà dans ma PAL avant son Prix Nobel. Et tu remarqueras que je n’ai lu que des femmes cette année, je ne sais même plus si c’est fait exprès.

En deux mille vingt trois, je nous souhaite une vie plus douce, définitivement plus lente. Parce que, 33 ans, je ne suis pas prête.

Publié le
Catégorisé comme Ecrire

Par Julie

Blog lifestyle / voyage / paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.