France Sud-Ouest Voyage

TOULOUSE, LA PLUS BELLE.

25 mai 2016

toulouse-01

Je suis toulousaine pure souche. Je ne sais pas exactement comment on peut définir le pure souche, mais je suis née à Toulouse, et j’ai grandi pas très loin de Toulouse (d’où ma façon de prononcer les « o » et les « in »). Et puis toute ma famille, depuis beaucoup (trop) de générations est toulousaine (c’est même inscrit dans l’orthographe compliquée de mon nom de famille pour tout te dire). Alors je suis partie (toujours en France, parce qu’ailleurs c’est trop compliqué). J’avais trop de souvenirs à chaque fois que je regardais une brique rose. Mais j’aime bien retourner à Toulouse, un peu par hasard, regarder la Garonne depuis le quai Lucien Lombard, comme à 20 ans, et me perdre dans les microscopiques et sinueuses rues toulousaines avec un peu trop de vent d’autan. C’est revigorant.

toulouse vélotoulouse trinitétoulouse brique rouge

___

Je planche depuis le parfait article sur Toulouse depuis des mois et des mois, sans arriver au bout. Un peu comme quand tu veux envoyer un texto à ton amoureux, mais tu ne sais pas trop comment t’y prendre. Tu écris une première phrase, tu te dis que c’est trop culcul, tu effaces tout, tu recommences deux, cinq, dix fois. Finalement tu appuies sur envoyer en jetant le téléphone de l’autre côté de la pièce. Parce que c’est toujours aussi mauvais et que tu ne veux pas voir le résultat. Là, c’est un peu la même chose. Je dois être amoureuse de Toulouse.

Je suis incapable de te proposer un vrai city guide de Toulouse : non seulement, je n’aime pas le terme de « city guide » mais en plus, je suis incapable de te donner des bonnes adresses toulousaines, mis à part le Peilharote (rue des blanchers, vers la place Saint Pierre et la place de la Daurade) qui propose une cuisine du sud ouest qui ressemble a quicòm pròche à la cuisine de ma mamie. Mais à la place, je peux quand même te dire quoi faire à Toulouse pour une journée, sans visiter les concept store scandinaves de la rue cujas. De toute façon, tu les trouveras chez toi aussi, alors que les hôtels particuliers aux briques rouges avec des tours capitulaires, ça, c’est typiquement toulousain.

Un peu comme aller voir un match de rugby et boire du pastis Chez Tonton.

toulouse hotel dieutoulouse rue peyrolieres-01
___

24h à Toulouse / Toulouse en une journée / Toulouse City Guide.

J’ai beau adorer Toulouse, et être peu objective lorsque j’évoque la pureté des briques rouges, je dois avouer qu’il y a « peu » de monuments à Toulouse. Ce qui signifie : une (grosse) journée bien remplie, il est possible de voir (presque) tout. En tout cas, il est vraiment possible de découvrir Toulouse en suivant le petit itinéraire proposé sur la carte ci-après. La durée est complètement indicative, et ne tient pas compte des pauses photo, évidement. L’itinéraire se déroule quasi-exclusivement sur la rive droite de la Garonne, où se trouve l’hypercentre de Toulouse.

Pour te faire une confidence, je traverse rarement la Garonne.

– n’hésite pas à me dire en commentaire si tu n’arrives pas à lire la carte –

la place du Capitole / le donjon Capitole /

Même si je n’aime pas vraiment la place emblématique toulousaine (tiens, aucune photo du capitole dans cet article), terriblement invivable l’été (trop minérale), elle reste un point de départ essentiel pour visiter la ville rose (dire rose avec l’accent, parce que Toulouse sans accent, n’est pas Toulouse). En revanche, on peut admirer le nouveau jardin côté rue d’Alsace Lorraine, bien plus sympa que l’ancien, qui offre un écrin un peu plus agréable au donjon du Capitole, folie romantique néo-gothique.

la rue du Taur /

Reliant la place du Capitole à la basilique Saint Sernin, la rue du Taur aligne une quantité incroyable de crêperies, mais je ne sais pas pourquoi. D’ailleurs, cela n’a aucun rapport avec le nom de la rue du « Taur » en référence à une vieille légende toulousaine, où Saint Saturnin (Saint Sernin, le même, martyr toulousain) aurait été attaché à un taureau (taur) et son supplice aurait pris fin au niveau de la rue du Taur, probablement devant l’actuelle église Notre Dame du Taur. A part ce point historique, et les jolies briques, la rue n’a pas de réel intérêt, mais constitue un lieu de passage indispensable dans mon itinéraire proposé.

la basilique Saint Sernin /

Restaurée (et modifiée) au XIXème siècle par Violet-le-Duc, la basilique romane est l’un des emblèmes de Toulouse, et donc un passage obligé. A observer : ses arc en mître sur le clocher octogonal, typiquement toulousains. A noter : le musée Saint Raymond (musée des antiquités toulousaines) où se trouve un joli salon de thé.

le musée des Abattoirs / la promenade le long de la Garonne /

Ancien abattoir reconverti en musée d’art moderne et contemporain, les Abattoirs ont bénéficié d’une réhabilitation magique. Cependant, j’ai l’impression que sa visite n’est pas réellement un « must seen » pour une première visite de Toulouse, à moins d’être un fanatique inconditionnel d’art contemporain. En revanche,  le balcon sur la Garonne qui relie les jardins du musée au pont Saint Pierre est une promenade superbe au dessus du fleuve tumultueux. (Gros spot romantique si tu veux mon avis).

toulouse plagetoulouse hotel assezattoulouse lion

le quai Lucien Lombard / la place de la Daurade / l’hôtel Dieu /

Je crois que le quai Lombard est mon endroit préféré de Toulouse, mais c’est très personnel. Cependant, je pense que tout le monde s’accorde pour dire que la vue sur l’hôtel Dieu, à l’ombre des platanes est vraiment agréable. Genre, c’est un peu la vue que tous les non-toulousains ramènent dans leurs blogs après un week-end dans la ville rose. Et on comprend, car c’est probablement la plus belle vue de Toulouse, qu’importe l’heure du jour (ou de la nuit). Ce quai relie la place Saint-Pierre (lieu de débauche étudiante) à la place de la Daurade, magique « balcon » sur la Garonne. Sur cette (nouvelle) place, le café des artistes n’a rien d’exceptionnel, mis à part son emplacement de folie avec vue sur l’hôtel Dieu et le nouveau jardin de la Daurade par Joan Busquets, l’architecte-urbaniste chargé de repenser le centre de Toulouse.

les Jacobins /

Perdu dans le méandre des ruelles tordues toulousaines (dessinées comme ça pour casser les courants d’air vicieux créés par le maudit vent d’autant (seuls les toulousains me comprendront)), le couvent des Jacobins constitue une visite immanquable de Toulouse. A observer : le poteau « palmier » et le miroir.

le pont neuf /

Comme dans toutes les villes de France (et peut être d’ailleurs), le Pont Neuf est le plus vieux pont de Toulouse. Rive droite, le centre historique, peu inondable. Rive gauche, le quartier St Cyprien, inondable, donc forcément, moins de beaux hôtels particuliers de la Renaissance mais plutôt l’Hôtel Dieu et ses lépreux (CQFD). Bon aujourd’hui, c’est un peu différent, et la rive gauche est devenue bien plus fréquentable. A noter : la prairie des filtres, idéale pour pique-niquer dans l’herbe et le château d’eau où sont organisées de belles expositions photo.

l’hôtel d’Assézat /

Un peu caché sur la rue de Metz, l’hôtel d’Assézat est la perle de la Renaissance toulousaine (rien que ça), oeuvre de l’architecte toulousain Nicolas Bachelier (qui a fait tous les jolis hôtels toulousains de cette période). Il y a d’abord sa jolie cour, inspirée par celle du Louvre, avec le bel ordonnancement classique de ses colonnes doriques, ioniques et corinthiennes. Et le beau balcon avec ses cornes d’abondance remplies de fleurs de pastel, qui ont fait la fortune du premier propriétaire des lieux, Pierre d’Assézat (la culture du pastel a fait la richesse de Toulouse à la Renaissance, ce qui explique tous ces hôtels particuliers). Une tour capitulaire complète la composition de la façade principale de l’hôtel (les tours capitulaires étaient réservées aux capitouls de Toulouse, « juges » de Toulouse qui ont gouvernés la ville du Moyen-âge jusqu’à la Révolution). Si tu lèves un peu la tête, tu remarqueras pas mal de tours capitulaires dans l’hypercentre toulousain. Aujourd’hui, la cour est libre d’accès et l’intérieur de l’hôtel accueille la fondation Bemberg et son salon de thé.

toulouse garonnetoulouse golden hour-01

la place de la Trinité /

Construite au XIXème siècle, la place de la trinité accueille une jolie fontaine en son centre (comme beaucoup de places toulousaines) et aucun arbre (comme beaucoup de places toulousaines). Mais elle reste très agréable pour boire un café ou un thé. A observer : les cariatides blanches sur les façades de certains bâtiments.

l’hôtel de Bagis (hôtel de Pierre) /

Au milieu d’une rue calme du quartier des Carmes (rue de la Dalbade), la façade toute en pierre de l’hôtel de Bagis surprend la monotonie rosée de l’argile. Cet étrange hôtel particulier, datant de la Renaissance, oeuvre de Nicolas Bachelier (le même que pour l’hôtel d’Assézat) a été construit par le riche Jean de Bagis, également capitoul. Tellement riche (et sans doute un peu m’a-tu-vu) qu’il a exigé une façade en pierre … alors qu’il n’y a pas de carrière de pierres dans les environs de Toulouse… (ce qui explique pourquoi la ville est toute rose, et qu’il y a très peu de bâtiment en pierres dans la région toulousaine). Bref, la façade grise recèle mille détails fascinants que je te laisse découvrir. En revanche, l’hôtel est privé et ne se visite pas. Et la porte est quasiment toujours fermée…

la place des Carmes / 

Quand j’étais petite, je pensais innocemment que le parking silo des années 60 (et de la gloire à la voiture) montait jusqu’à l’infini. J’étais un peu à côté de la plaque, mais je présumais que ce parking n’était pas anodin dans le paysage urbain toulousain (c’est beau, ça ne veut pas dire grand chose). Alors, si le marché couvert (au RDC) n’a pas grand intérêt (à moins d’habiter à proximité), les restos tout autour de la place sont sympathiques et puis si tu grimpes tout en haut du parking, il y a une jolie vue sur les tuiles canal. A noter : la maison néo-gothique à l’angle de la rue Ozenne et de la rue du Languedoc.

l’hôtel du Vieux Raisin / 

Encore un joli hôtel particulier toulousain datant de la Renaissance, avec une jolie tour capitulaire, imaginé par Nicolas Bachelier. Même si l’hôtel est privé, le portail est quasiment toujours ouvert, et l’on peut admirer la façade sur cour, très belle, sans aucun problème.

le musée des Augustins /

Musée des beaux arts de Toulouse, le musée des Augustins a été établi dans l’ancien couvent des Augustins. Le cloître des Augustins, havre de paix, mérite le détour.

la cathédrale Saint Etienne /

L’accès le plus joli à la cathédrale de Toulouse se fait par la rue Croix Baragnon qui regroupe les enseignes les plus huppées de la ville rose. A observer : l’une des seules maison authentiquement gothique (donc du Moyen âge) du coeur de Toulouse se trouve dans cette rue.

Edifiée sur les ruines d’un temple galo-romain, la cathédrale Saint Etienne a traversé les époques. Et cela se ressent dans le bâti, patchwork d’éléments architecturaux provenant de milles époques.

la place Saint Georges /

La place Saint Geroges est probablement la place la plus agréable de Toulouse pour boire un thé après une séance shopping dans le quartier. Pour info, le Wallace est le café le plus in de la place.

toulouse metztoulouse cathédrale saint etiennetoulouse colombages

___

Les autres hot spots toulousains hors de l’itinéraire :

  • la cité de l’espace, mais passé 12 ans, c’est moyen moyen à moins d’être fanatique de l’espace.
  • le muséum d’histoire naturelle, le grand rond et le jardin des plantes. Je dois t’avouer que je ne suis jamais allée au muséum en 25 ans….
  • le canal du midi, parce que c’est l’endroit le plus agréable du monde pour faire un jogging. Cependant, en soirée, vers la gare, le lieu est terriblement glauque (bonjour les préservatifs usagés retrouvés dans les buissons …).
  • le musée du Vieux Toulouse, mais jamais testé.
  • le musée Paul Dupuy, mais jamais testé (hors la cour, en photo de couverture).
  • la halle aux grains, salle de concert de musique classique dans une ancienne halle aux grains du XIXème près du canal du midi, pour se dire que quand même, nos ancêtres savaient se respecter en faisant des bâtiments fonctionnels et beaux. Pour comparaison regarde la tête de nos centres commerciaux / entrepôts : l’Enfer.

___

Et n’hésite pas à compléter l’article par tes bonnes adresses bouffe. Genre, où est le meilleur cassoulet de Toulouse ?

___

Et puis, si vraiment tu insistes pour manger dans un resto instagram que tu retrouveras partout ailleurs dans le monde, je te laisse explorer d’autres blogs / instagram.

____

Mes autres articles toulousains et du sud-ouest.

___

facebook / instagram / twitter

Les photos ont été prises entre 2011 et 2015.

toulouse city guide

  • Reply
    Anne
    27 mai 2016 at 12 h 53 min

    Oui, bon, le vent d’Autan, on s’en passerait quand même 😉

    • Reply
      Julie
      27 mai 2016 at 13 h 36 min

      @ Anne : Haha! A chaque fois que j’appelle mes parents et qu’il y a du temps, ils s’en plaignent 😉

  • Reply
    Guillaume
    28 mai 2016 at 15 h 09 min

    Génial! Ca me donne envie d’y retourner! J’ajoute sur le parcours un petit tour à la Bibliothèque Municipale en passant par la rue du Taur pour profiter de son architecture et de la climatisation quelques minutes! Puis un petit tour au rooftop des Galeries Lafayette pour profiter de la vue!

    • Reply
      Julie
      11 juin 2016 at 18 h 23 min

      @ Guillaume : OUF heureusement qu’il te plait 😉 C’est vrai qu’il me manque la bibliothèque et les Galeries Lafayette !

  • Reply
    Chloé Otti
    28 mai 2016 at 16 h 25 min

    Je pense y faire une escapade l’an prochain pour poursuivre mon tour des villes de France haha, alors je me rappellerai de ton article!

    • Reply
      Julie
      11 juin 2016 at 18 h 24 min

      @ Chloé : J’espère qu’il te servira pour ta prochaine escapade toulousaine 😉 (et n’hésite pas à me demander des bonnes adresses supplémentaires, en vrai j’ai encore en tête quelques resto sympas ^^)

  • Reply
    Days Of Camille
    30 mai 2016 at 12 h 36 min

    Oh qu’est ce que c’est joli ! 🙂 J’aime le côté minimaliste de tes photos 🙂

    • Reply
      Julie
      11 juin 2016 at 18 h 23 min

      @ Camille : merci beaucoup 😉

  • Reply
    Charlène Jiho
    13 juin 2016 at 17 h 23 min

    Plutôt jolie comme ville ! Il faudrait que j’y aille à l’occasion !

  • Reply
    Elodie
    5 novembre 2016 at 23 h 26 min

    Je viens de cécouvrir cet article qui fait remonter en moi foule de sensations et de souvenirs de mes 10 années passées à Toulouse, quittée depuis bientôt 6 ans… Magnifique ville de mes années d’étudiante et de jeune professionnelle, de mes belles amitiés et d’une partie de la famille encore. Merci pour cette douce (re)plongée, grâce à des photos subtiles et évocatrices plus que démonstatives.

  • Reply
    Delphine
    22 décembre 2017 at 1 h 54 min

    Toulouse, c’est aussi un peu ma ville de cœur. J’y ai passé deux merveilleuses années de ma vie, en tant qu’étudiante, même si j’avais un peu peur de m’y balader seule, le soir. J’y ai croisé des gens adorables et je ne me lasserai jamais de ce fabuleux décor de briques roses.

  • Reply
    Brochard
    25 avril 2018 at 17 h 53 min

    On doit déménager en juillet a Toulouse avec deux enfants en bas âge
    On est lyonnais on adore Lyon un peu comme vous mais on est contraint de déménager.
    Pouvez vous nous conseiller un quartier sympa avec commodité et bonne école
    Merci !!!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.